Geek Nouveautés

SpaceX : Résultats des essaies Starlink

Un premier objectif atteint pour SpaceX, qui publie de nouveaux résultats flatteurs pour Starlink et son service internet depuis l’orbite. Ces derniers rapportent une latence à 18 ms, un débit descendant de 103 Mbit/s et ascendant de 42 Mbit/s.

Avec son projet Starlink, SpaceX projette de bâtir une constellation de satellites autour du globe afin de connecter le monde. La société a lancé une bêta fermée en août dernier. Logiquement, quelques résultats avaient fuité, et les meilleures valeurs étaient alors de 60,24 Mbit/s en débit descendant et de 17,64 Mbit/s en débit ascendant. Les latences, elles, fluctuaient entre 31 et 94 ms.

Environ 650 satellites déployés actuellement, 500 au moment de ces tests

Or, il y a quelques jours, SpaceX a soumis un nouveau rapport à la FCC. Dans celui-ci, les résultats sont bien meilleurs. En effet, les tests, toujours effectués sur Speedtest, mentionnent jusqu’à 103 Mbit/s en download et 42 Mbit/s en upload. En ce qui concerne les latences, elles passent pour la première fois sous la barre des 20 ms, avec des valeurs de 19 ms et même 18 ms.

Paradoxalement, ces belles performances datent du 1er juillet, précédant donc la phase bêta susmentionnée. Les résultats ont été enregistrés sur des machines situées à Seattle, aux États-Unis, et au cours de cette période, « seuls » 500 satellites Starlink étaient déployés. En août, au moment de la phase bêta, ils étaient environ 600 ; actuellement, ils sont approximativement 650.

Comme le précise le rapport, SpaceX produit 120 satellites chaque mois. À terme, la société espère s’appuyer sur une flotte 12 000 satellites, voire 42 000 satellites dans ses prévisions les plus optimistes. Ainsi, il faudra peut-être patienter encore quelques mois supplémentaires pour que la connexion atteigne son objectif de 1 Gbit/s en débit descendant. On peut tout de même souligner que la promesse d’une latence inférieure à 20 ms, elle, est d’ores et déjà tenue !

La bêta publique avant la fin d’année aux États-Unis et au Canada

Le rapport contient aussi quelques informations sur de futurs plans de SpaceX. Il indique en effet que la firme est « en bonne voie » pour produire les milliers de terminaux destinés aux utilisateurs. Comme pour une box internet classique, les clients auront simplement à brancher ces boîtiers chez eux pour profiter d’une connexion via les satellites Starlink.

La bêta publique, elle, sera mise en place dans les prochaines semaines. Elle sera initialement réservée aux Nord-Américains (États-Unis et Canada), et pas accessible aux autres terriens avant 2021.

Enfin, précisons qu’une des raisons d’être de ce rapport, outre celles préalablement mentionnées, concerne une demande de modification de la position de certains satellites. L’objectif serait notamment d’accélérer le déploiement dans les régions polaires.

Laisser un commentaire