Comprendre le jargon d’Intel et d’AMD

Intel et AMD renouvellent leur gamme de processeurs une fois par an en moyenne, pour les PC portables comme pour les PC de bureau. À chaque fois, c’est une nouvelle valse de chiffres et de lettres qui commence et il est parfois bien compliqué de s’y retrouver. 

‘il y a encore quelques années, parler de « génération de processeurs » ou de « finesse de gravure » (voir encadré) permettait à la fois de positionner la puce dans le temps et de comprendre sa nomenclature ainsi que quelques caractéristiques, depuis plus d’un an, ce n’est plus aussi facile.
Intel a en effet lancé plusieurs gammes de processeurs dites « de même génération » mais gravées de manières différentes, avec des architectures qui ne se ressemblent pas.
Le catalogue d’AMD, un peu moins étoffé, est également un peu moins complexe et segmenté que celui d’Intel.

AMD et Intel : tour d’horizon des familles

Quoi qu’il en soit, voilà comment décrypter tous les matricules des processeurs, comprendre à quoi correspondent les lettres et les chiffres sur les générations actuelles et relativement récentes. Partons de la base.

  • Chez Intel, il y a une hiérarchie au sein des processeurs grand public. On trouve ainsi des moins puissants aux plus solides :
    – les Atom ;
    – les Celeron (N, J et G) ;
    – les Pentium Gold ;
    – les Core (i3, i5, i7, i9, Extreme).
     
  • Chez AMD, c’est déjà un peu plus simple. Il y a des moins puissants au plus performants :
    – les Athlon (X4 puis G) ;
    – les séries A (6 à 12) ;
    – les Ryzen (3, 5, 7, 9 et Threadripper).

Quoi qu’il en soit pour chaque fabricant, nous allons vous présenter et expliquer, à chaque fois, les références portables, puis les références pour PC de bureau

Intel : une passion pour les chiffres et les lettres

En 2020, deux grandes catégories de puces Intel cohabitent. Leurs références respectives sont élaborées comme suit :

  • Les processeurs à références classiques
    Core ix-12345 + Lettre(s)
    (exemple : Core i5-9300H)

La nomenclature est historique et donc assez clairement identifiée ou identifiable. Plus les générations avancent, plus on ajoute de chiffres à la plaque d’immatriculation.
Les processeurs qui la porte se retrouvent dans les PC ultraportables, les PC portables polyvalents et, enfin de gaming.

  • Les processeurs Ice Lake et Tiger Lake, nouvellement arrivés
    Core ix-1234 + Lettre + chiffre
    (exemple : Core i3-1005G1)
    ou Core ix-12345 + H pour les Tiger Lake H35 (exemple : Core i7-11370H)

Cette nomenclature ne concerne que les puces qui prennent, pour le moment, place dans les PC ultraportables. Mais ce n’est sans doute que le début.

Entrons maintenant un peu plus dans le détail de ces deux familles pour vous permettre de déchiffrer une fiche technique au moment de l’achat.

Les Intel Core pour PC portables à références classiques

Core : i3, entrée de gamme / i5, milieu de gamme / i7, haut de gamme / i9, très haut de gamme

Le premier chiffre ou nombre de deux chiffres : la génération de la puce (8 pour 8e, 10 pour 10e, 11 pour 11e)

Les trois chiffres suivants : positionnement dans la famille + révision éventuelle (ex : x550U devenu x565U, avec quelques ajustements)

Y : ultra basse consommation (7 Watts / dans de très petits PC ou tablettes)
–  U : basse consommation (15 W / les meilleurs amis des ultraportables)
H : consommation classique (28/35 W ou 45 W / pour les PC classiques, ultrafins gamers ou gamers)
HK : overclocking possible (45 W et plus / pour les grosses cylindrées)

Un exemple pour comprendre : Core i5-8260U
Le Core i5-8260U est donc un processeur Core de milieu de gamme, de huitième génération, les références 260 nous permettent de penser qu’il se positionne en dessous du Core i5-8365U, de même génération et de même gamme.

Intel Core « Ice Lake » et « Tiger Lake » pour PC ultraportables

Core : i3, entrée de gamme / i5, milieu de gamme / i7, haut de gamme

Le premier nombre de deux chiffres : la génération de la puce (10 pour 10e (Ice) et 11 pour 11e (Tiger))

Le troisième chiffre : le positionnement performance (1 < 2 < 3 < 6 < 8)

Le quatrième chiffre : la consommation cible.

Sur les Ice Lake elle se définit comme suit : 0 = ex Y, 5 = ex U, 8 = 28 watts.

Sur les Tiger Lake, le chiffre 0 correspond à un éventail de consommations comprises entre 7 et 15 watts. Le chiffre 5, se réfère là encore à un éventail  mais de 12 à 28 watts. Selon leur consommation, ils ne tourneront pas à la même vitesse : voilà qui risque de créer un peu de confusion au moment d’acheter un nouveau PC.

G1 : Intel Graphics UHD (entrée de gamme) pour les Ice et Tiger Lake
G4 : Intel Iris Plus (milieu de gamme) pour les Ice Lake et Intel UHD Graphic pour les Tiger Lake (entrée de gamme)
G7 : Intel Iris Plus (haut de gamme) pour les Ice Lake et Intel Iris Xe sur les Tiger Lake

Un exemple pour comprendre : Core i3-1005G1
Le Core i3 est un processeur d’entrée de gamme, de dixième génération (10), peu performant (0), mais également assez peu gourmand en électricité (5). Enfin, il est équipé du chipset graphique intégré le moins puissant.

Vous voilà prêts pour comprendre les codes Intel dans les grandes lignes lorsque vous compare(re)z les fiches techniques des ordinateurs portables qui vous font de l’oeil.

Intel Core / Core X pour PC de bureau

C’est un peu moins compliqué que pour les PC portables. Ouf !

Core : i3, entrée de gamme / i5, milieu de gamme / i7, haut de gamme / i9, très haut de gamme

Le premier nombre d’un ou deux chiffres : la génération de la puce (8 pour 8e, 10 pour 10e)

Le second chiffre : positionnement dans la famille. Plus il est élevé plus la fréquence de base des coeurs et la fréquence maximale du contrôleur graphique sont élevées.

TE et T : basse consommation (35 watts / souvent dans les tout-en-un)
– sans lettre et F : consommation classique (65 watts / PC classique + gaming)
K et KF : consommation élevée (125 watts) et overclocking possible (gaming)
X : consommation très élevée (165 watts), overclocking possible, coeurs en pagaille (gaming+ et machine de production).

A noter que si la référence se termine par un F ou un X, il n’y a pas de partie graphique intégrée de type Intel Graphics UHD sur la puce.

Un exemple pour comprendre : Core i9-10900KF
On a en l’occurrence à faire à un processeur Core très haut de gamme (i9), de dixième génération (10), très performants (900) et taillée pour être overclocké et ne pas freiner sa consommation électrique (KF). Dans la même logique, le Core i9-10980XE sera plus performant et consommera bien plus d’électricité.

Les gammes claires d’AMD

Chez AMD, aujourd’hui, deux générations de puces cohabitent sur le marché des PC portables, bien identifiables. Il y a les Ryzen 3000 qui sont encore présents dans certaines références, les fonds de stocks. Le terrain est majoritairement occupé par les 4000. Les Ryzen 5000, annoncés au CES 2021, arrivent à grande vitesse et seront dans beaucoup de machines dès le printemps.

Là encore, nous ne traitons pas des puces personnalisées réalisées pour Microsoft et son Surface Laptop 3, par exemple, ou pour le ROG Zephyrus G14, d’Asus.

AMD Ryzen U/H pour PC portable

Ryzen : 3, entrée de gamme / 5, milieu de gamme / 7, haut de gamme / 9, très haut de gamme

Premier chiffre : la génération de la puce (ex : 5xxx = 5e génération)

Nombre suivant : positionnement dans la famille + révision

U : basse consommation (15 W / pour les ultraportables)
HS : consommation modérée (35 W / pour les ultrafins de gamer ou les PC polyvalents)
H : consommation classique (45 W / pour les classique et les gamers)
HX : consommation élevée (plus de 45 Watts / pour les gamers et les PC de création)

Un exemple pour comprendre : Ryzen 5 4600H
Il s’agit là d’un processeur de milieu de gamme (5), de quatrième génération (4), plutôt positionné en entrée de cette famille, et pensé pour une consommation normale (H). Pour comparaison, le Ryzen 5 4600U se positionne de manière identique, mais le U implique qu’il consommera beaucoup moins d’électricité et que sa fréquence de fonctionnement est davantage limitée. En l’occurrence, 2,1 GHz contre 3 GHz.

La particularité des processeurs AMD, c’est leur contrôleur graphique intégré de type Radeon Vega RX. Plus costaud que les faméliques UHD et Iris d’Intel mais sans doute bien moins à l’aise que le nouveau Iris Xe, il parvient à faire tourner quelques jeux sans trop de mal, à certaines conditions.

Bien entendu, suivant la gamme des puces, il y a plus ou moins d’unités de calcul GPU et leur vitesse varie. Généralement, entre les modèles H et U avec un matricule commun, il y en a le même nombre sauf pour… le 4800. Le H embarque 8 unités et le U, 7 seulement. Les nouveaux Ryzen 5000 offrent aussi leur lot de petites nuances, notamment au niveau des puces basses consommation. Toutes ne sont pas construites selon la même architecture, comme nous le précisions dans notre article dédié.

Petit précis de vocabulaire relatif au monde du processeur

Coeur/core : une unité de calcul physique, gravée sur le circuit. Vitesse exprimée en MHz ou GHz.

Thread : une unité de calcul logique – virtuelle – reconnue comme une ressource de calcul par l’OS ou le logiciel (SMT chez AMD / HyperThreading chez Intel) fonctionnant à la même vitesse que les cores.

Boost :  Fréquence de la puce maximum lorsque qu’une ou deux unités sont sollicitées par un logiciel. (Turbo Boost 2.0 et/ou 3.0 chez Intel ; Boost et Boost Maximum chez AMD).

TDP : Enveloppe thermique de la puce qui équivaut à sa consommation cible.

Dual Channel / Quad Channel : nombre de canaux mémoires pris en charge par le processeur (2 x 2 barrettes ou 4 x 4 barrettes max).

Cache : mémoire interne du processeur, divisée en plusieurs couche L1, L2 et L3. On parle de « cache unifié » lorsqu’on additionne le L2 et L3 généralement.

AMD Ryzen pour PC fixes

AMD découpe son offre en deux grandes familles de puces pour les PC de bureau. Les Ryzen classiques d’un côté, et les Ryzen Threadripper pour ceux qui n’en ont jamais assez, de l’autre.

Trois Threadripper sont au catalogue en ce moment : les 3960X, 3970X et 3990X. La consommation annoncée est de 280 Watts et le nombre de coeurs varient de 24 à 64, tous hyperthreadés. Ces puces sont évidemment des monstres très haut de gamme.

Passons aux Ryzen plus classiques, ceux que l’on trouve actuellement dans les PC de constructeurs ou assemblés. Deux séries cohabitent en ce début 2021, les Series 3000 et les Series 5000.

À la différence des références Intel, les lettres n’indiquent pas une consommation cible. Mais plutôt la présence de technologie et, bien entendu, d’un module graphique intégré ou non.

Ryzen : 3, entrée de gamme / 5, milieu de gamme / 7, haut de gamme / 9, très haut de gamme

Premier chiffre : génération de la puce (3xxx, à l’heure actuelle donc 3e génération)

Nombre suivant : niveau de puissance (plus c’est grand mieux c’est).

X, XT, ou absence de lettres : pas de puce graphique intégrée et hautes performances (consommation de 65 watts à plus de 105 watts). Pour les XT, les vitesses Turbo montent plus haut (+4% au mieux).
G et GE : contrôleur graphique intégrée de type Radeon RX avec plus ou moins d’unités à disposition (consommation de 30 à 65 watts)

Un exemple pour comprendre : Ryzen 5 3600X
Un processeur pour PC de bureau de milieu de gamme (5), de troisième génération (3), de puissance moyenne (600), et qui n’embarque pas de puce graphique intégré (X).

Articles Similaires

Laisser un commentaire