Qui cherche à détruire le web depuis quelques mois ?

Qui pourrait avoir intérêt à détruire le web ? La question est sur toutes les lèvres depuis que des chercheurs en sécurité informatique ont découvert que depuis plusieurs mois des attaques testaient la résistance des infrastructures du web.

Quelqu'un cherche à détruire le web

La technique est simple et vieille comme internet, il s’agit d’inonder un site de requêtes afin de le faire plier sous le poids de ces dernières, une technique que l’on nomme attaque par déni de service ou attaque DDoS. Les sites gérant les structures vitales du web luttent continuellement contre des assaillants tentant de leur nuire, mais il semble que depuis plusieurs mois, l’envergure, la durée et le niveau de sophistication des attaques est nettement plus importants.

Quelqu’un cherche à détruire le web

Bruce Schneier, un éminent spécialiste de la sécurité informatique américain a fait quelques révélations qui font froid dans le dos lorsque l’on sait l’importance que représente aujourd’hui le web dans notre vie quotidienne. Il a expliqué : « depuis un an ou deux, quelqu’un est en train de sonder les défenses des entreprises qui gèrent des parties essentielles d’Internet », ajoutant : « Ces sondes prennent la forme d’attaques précisément calibrées et conçues pour déterminer exactement à quel point ces entreprises sont capables de se défendre, et ce qu’il faut faire pour les faire tomber ».

Il semble donc qu’un groupe de hackers ou un pays soit donc en train de tester la limite de toutes les sécurités liés au fonctionnement du web, afin de pouvoir calibrer une possible attaque, visant à faire tomber l’ensemble du réseau.

Bruce Schneier souligne : « La première semaine, l’attaque débute à un certain niveau, puis gagne progressivement en intensité, avant de s’arrêter. La semaine suivante, elle redémarre à ce niveau plus élevé et continue. Et ainsi de suite […], comme si l’assaillant cherchait précisément le point faible ». D’après l’analyse des chercheurs en sécurité informatique, il est plus que vraisemblable que ces attaques, visant à détruire internet ou au moins à doter un arsenal de cyberguerre de cette possibilité, soient directement relationnées à un pays.

Le spécialiste en sécurité a déclaré : « la taille et l’échelle de ces sondes – et surtout leur persistance- pointent vers des acteurs étatiques », précisant : « On dirait que le cyber-commandement militaire d’un pays essaie de calibrer son arsenal en cas de cyberguerre ». De nombreux regards se tournent vers la Chine, mais ce type d’attaques étant facilement attribuables à un autre pays, il est difficile de dire qui se cache derrière ces attaques DDoS massives. Reste que l’information est pour le moins inquiétante…

Source

Related Posts

Geek

YouTube se met sérieusement aux hashtags

Geek

SONIC: Voici les Puma RS-0, des baskets Sonic the Hedgehog, sous licence officielle Sega

Geek

Instagram autorisera les utilisateurs à récupérer leurs données personnelles

Geek

Instagram lance son mode portrait (et pas besoin de « dual camera »)

Dossier

JAPON: À croire que les Japonais sont de grands inventeurs

Actualités

Après le scandale Cambridge Analytica, le co-fondateur d’Apple se retire de Facebook

Actualités

Facebook : l’affaire Cambridge Analytica pourrait concerner 2,7 millions d’utilisateurs européens

Actualités

Entre Mark Zuckerberg et Tim Cook, les hostilités sont ouvertes

Dossier

Le co-fondateur de Whatsapp conseille de supprimer Facebook

Actualités

Scandale Cambridge Analytica : le mémo interne qui embarrasse Facebook

Geek

Samsung Galaxy S9 et S9+ : les précommandes sont ouvertes

Geek

Astuce : comment regarder ou écouter vos vidéos YouTube en arrière-plan sur votre smartphone (Android et iOS)

Geek

FACEBOOK: Grosses évolutions à venir sur le fil d’actualité

Geek

INTEL: Une faille majeure touchant des processeurs Intel pourrait ralentir les PC de 5 à 30 %

Geek

L’intelligence artificielle de Google a créé une IA plus intelligente que celle créée par l’homme

Geek

Facebook : une fonctionnalité pour commander de la nourriture sur le réseau social

Geek

L’Ataribox sortira début 2018 et sera commercialisée autour de 300 dollars

Geek

Les jeunes abandonnent petit à petit Facebook pour se tourner vers Instagram et Snapchat

No Comments Yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.