Le reboot de Power Rangers sera plus sombre qu'à l'accoutumé.

Prévu d’ici le 8 avril 2017 dans nos salles obscures, le nouveau film Power Rangers devrait être aussi sombre que la trilogie The Dark Knight du réalisateur Christopher Nolan.

Dans une entrevue de Bryan Cranston accordée au Huffington Post, le comédien américain qui interprétera Zordon a vanté le scénario du reboot Power Rangers qui sera produit par le créateur de la franchise adaptée des séries japonaises Super sentai, Haim Saban, associé à Brian Casentini, Allison Shearmur (qui a supervisé Hunger Games) et Roberto Orci.

En effet, pour celui qui s’est fait connaître dans la sitcom Malcolm, le nouveau film Power Rangers aura un scénario avec un ton comparable à la trilogie The Dark Knight de Christopher Nolan : « C’est exactement comme ce qu’il s’est passé avec Batman en passant de la série aux films. Le passage de l’un à l’autre est incomparable en termes de mise en scène. Bien entendu vous avez les références incontournables de la série qui sont présentent, mais l’inspiration, la sensibilité et l’approche du film sont complètement différentes. »

Le reboot Power Rangers sera sombre

Bryan Cranston va même jusqu’à dire que ce nouveau Power Rangers devrait être particulièrement sombre comparé à la série télévisée des années 1990 : « Je ne sais pas si le ton sera aussi noir que les films Batman, car il s’agit d’un film avec des adolescents. Mais les héros auront à gérer le lycée et tout ce qui va avec : ses groupes d’amis, la popularité ou l’impopularité, les brutes, etc. Et vous ajoutez tout ça dans une nouvelle aventure des Power Rangers. »

Enfin, l’acteur phare de la série Breaking Bad explique qu’il a accepté un rôle dans ce reboot grâce à son scénario : « Pour être honnête avec vous, j’étais d’abord réticent à l’idée de jeter un oeil à ce rôle, car je me souvenais de la série télé qui était un peu ridicule, stupide, avec beaucoup de ‘pow’ et de ‘zow’, et des mouvements bizarres. Ce qui m’a convaincu, ce sont les discussions avec le producteur et le réalisateur et la lecture du scénario.«

Share