Vous avez froid ? Certes, mais pas autant que les habitants du petit village d’Oïmiakon, qui se situe à l’extrême est de la Russie. En janvier 1926, il y a donc 91 ans, une température record de -71,2°C avait été enregistrée, la plus basse relevée dans une zone habitée à ce jour. Aujourd’hui encore, 512 habitants vivent dans ce village où le thermomètre affiche, depuis quelques jours, une moyenne de -46°C. Et pour eux, l’été est chaud puisque les températures peuvent monter jusqu’à près de 15°C en juillet. La moyenne annuelle reste tout de même à -15,5°C, preuve que les gants, les bonnets et les écharpes sont de mises.

coldest-village-oymyakon-russia-amos-chaple-13

Des gens hors du commun

Le photographe néo-zélandais Amos Chapple s’est rendu quelques jours au sein de cette communauté. Il a ainsi pu « capturer la vie quotidienne de gens hors du commun »et s’est fondu dans un décor glacial à part sur cette Terre. « Quand je suis arrivé, je portais un pantalon peu épais alors qu’il faisait -47°C. Je me souviens avoir eu l’impression que le froid s’attaquait directement à mes jambes. Parfois, je me réveillais parce que ma salive gelait et me piquait les lèvres » déclare-t-il au site weather.com.« Vivre avec ces gens n’était pas très compliqué, puisqu’ils étaient tous charmants. Par contre, il m’est parfois arrivé de devoir abandonner l’idée d’une photographie car mon appareil ou mes anneaux de zoom étaient gelés » .

coldest-village-oymyakon-russia-amos-chaple-24

Une vie normale

Au sein du village d’Oïmiakon, il n’y a presque aucune des commodités modernes qui nous permettent de nous chauffer facilement. Les habitants doivent donc se débrouiller avec le charbon (une centrale a été construite expressément pour les villageois) ou le bois. Impossible avec de telles températures de faire pousser le moindre végétal. Dès lors, la plupart des hommes du village sont des chasseurs et cette petite communauté consomme principalement de la viande de renne, de cheval ou des poissons. On trouve néanmoins une école au centre d’Oïmiakon, mais aussi une boutique et un médecin qui assure que personne ne souffre de malnutrition grâce notamment aux nutriments présents dans le lait consommé par les habitants.

Vous l’aurez compris, pour eux, winter is coming toute l’année.

Share