Quand la fiction, inspirée de faits authentiques, se fait rattraper à son tour par la réalité. C’est ce qui arrive à Netflix. En effet, Roberto De Jesús Escobar, le grand frère de Pablo (de deux ans son aîné), réclame depuis plus d’un an la somme d’un milliard de dollars à la société qui a produit la série Narcos. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne prend pas de pincettes lorsqu’il s’agit d’évoquer le conflit qui l’oppose à la plateforme de SVoD américain.

Roberto Escobar, à droite. Crédits : James Breeden/Breeden Media

« Nous mettrons fin à leur petit show »

Ainsi, Escobar frère a accordé une interview à The Hollywood Reporter dans laquelle il affirme, par exemple, « détenir le copyright sur tous les noms [de la famille] ainsi que sur la marque ‘Narcos’ » . En clair, c’est sans son accord que la plateforme de vidéos en ligne produirait, créerait et diffuserait la série du même nom. On peut notamment lire : « Si nous ne recevons pas l’argent, nous mettrons fin à leur petit show » .

Il faut remonter à 2014, lorsque Netflix annonçait le lancement de la série Narcos traitant du cartel colombien de Medellín, dirigé par Pablo Escobar, pour voir Roberto De Jesús créer « Escobar Inc. » . Cette entreprise californienne n’avait qu’un unique but : faire en sorte que l’on ne puisse pas aborder l’histoire de son petit frère et de sa famille sans son consentement. Mais l’entreprise américaine ne l’a jamais contacté. Ainsi, en juillet 2016, il leur a demandé la modique somme d’un milliard de dollars. Pour la petite histoire, Escobar frère officiait comme comptable et même « Chef des tueurs » pour le cartel de Pablo. En 1993, lorsque son petit frère a été tué, il a été arrêté et envoyé en prison. Il y est resté dix ans et est même devenu « partiellement aveugle et sourd à cause d’une lettre piégée qu’il a reçue en prison » .

« Netflix serait avisé de recruter des tueurs à gages »

Pablo Escobar

À 70 ans, il n’a néanmoins pas perdu ses réflexes. Il affirme ainsi dans The Hollywood Reporter : « Netflix a peur. Ils nous ont envoyé une longue lettre pour nous menacer. Et maintenant, nous discutons par avocats interposés pour obtenir le milliard de dollars que nous réclamons. » Mais Roberto De Jesús ne s’arrête pas là. Profitant de l’occasion qui lui est donné, il évoque également l’assassinant du fixeur en repérage pour la quatrième saison de Narcos dans l’Etat de Mexico. Et distille quelques conseils à Netflix :« Si vous êtes intelligent, vous n’avez pas besoin d’arme. Dans le cas contraire, vous n’avez pas le choix. Mais alors, Netflix serait avisé de recruter des tueurs à gages pour protéger son personnel. » Ambiance, ambiance…