C’est entre Google, Microsoft, le gouvernement britannique et l’industrie musicale et cinématographique que l’accord vient d’être conclu : il s’agit de lutter efficacement contre le piratage et la contrefaçon d’œuvres protégées par des droits d’auteur en limitant l’accès à ce type de contenu sur les moteurs de recherche

Téléchargement illégal : Google et Microsoft vont lutter contre le phénomène

Reporté par le Telegraph, cet accord fait suite à des années de combats menés par les labels de musiques et studios cinématographiques, qui accusent Google et Microsoft de fermer les yeux sur le phénomène du piratage et de participer à son expansion.

Ce que prévoit l’accord signé par Google et Microsoft sur le téléchargement illégal

Il repose sur l’engagement des deux géants de la technologie américaine à reléguer de la première page du moteur de recherche tout lien vers un site dédié au piratage, une solution qui est étendue aux suggestions de recherche qui ne proposeront pas de sites permettant de télécharger du contenu illégalement.

L’accord est valable uniquement sur le territoire britannique et sera mis en place à compter du 1er juin 2017, monitoré sur les premiers mois par l’IPO (Intellectual Property Office), bien que l’accord soit basé sur le principe de bonne conduite.

Que les choses soient claires : ne pas pointer vers des sites de piratage sur la première page des résultats de recherche et sur les suggestions automatiques de recherche ne va pas révolutionner les statistiques du téléchargement illégal. Il suffira à l’internaute obstiné de faire quelques clics supplémentaires pour accéder à du contenu piraté.

Néanmoins, cet accord constitue une première en Europe et il est important de le souligner

D’un point de vue pratique, l’accord étant basé sur le principe de l’engagement volontaire, rien n’indique que Google va modifier son algorithme. Il s’agit néanmoins d’un premier pas et une reconnaissance de Google et Microsoft dans leur engagement à lutter contre l’accès au contenu piraté.

Share