Alphabet, la maison-mère de Google, a trouvé un acheteur pour Boston Dynamics. Les robots terrifiants de cette entreprise iront gonfler les rangs de Softbank.

Le consortium japonais développait déjà dans ses propres robots, comme le Pepper, sorte d’assistant personnel monté sur roues. La division robotique du groupe va faire une place aux appareils beaucoup plus menaçants de Boston Dynamics, à qui l’on doit des monstres comme le Handle : avec ses deux roues à l’arrière, il est capable de filer à 14 km/h et il sait sauter jusqu’à 1,20 m. Idéal pour réduire l’humanité en esclavage…

L’apocalypse des robots finira bien par arriver

Mais en attendant la robopocalypse, c’est donc Softbank qui va s’occuper de la destinée de Boston Dynamics, acquis par Google en 2013. Auparavant, il s’agissait d’une division du MIT. C’est Andy Rubin, le « père » d’Android, qui gérait à l’époque les efforts du moteur de recherche dans ce domaine ; il n’y est pas resté longtemps, préférant se lancer dans la nouvelle aventure Essential.

Boston Dynamics est revenu dans le giron du labo X au moment de la création d’Alphabet. Mais depuis, on n’entendait plus parler des innovations de cette société, à part quand elle présentait de nouveaux robots qui font peur.

On ignore le montant de la transaction entre Alphabet et Softbank, mais les deux parties évoquent la « prochaine révolution de l’information » et « l’exploration d’applications qui rendront la vie plus facile, plus sûre et plus satisfaisante ». Avec de tels robots, qu’est-ce qui pourrait tourner mal ?

Share