Devenue incontrôlable depuis le mois de mai 2016, la station spatiale Tiangong-1 s’écraserait sur Terre dans les mois à venir. Reste à savoir où elle va finir sa course.

Tiangong-1

Crédit : CMSE

Placé en orbite basse le 29 septembre 2011, Tiangong-1 constituait le premier pas de la Chine dans la mise en place d’une station spatiale. Tiangong-1 avait pour objectif d’expérimenter le rendez-vous spatial automatique en orbite ainsi que la vie à bord. Censé être opérationnel pour deux ans, Tiangong-1 a vu sa durée de vie être plusieurs fois prolongée par les autorités.

Prévision : Pluie d’acier

En mars 2016 toutefois, l’agence spatiale chinoise a annoncé qu’elle avait coupé toute transmission avec Tiangong-1. En juin de la même année, un amateur d’espace découvrait que la station spatiale semblait hors de contrôle. Une information confirmée à l’ONU par la Chine en mai 2017. Pire encore, l’agence spatiale chinoise ne sait pas précisément quand, ni où Tiangong-1 va s’écraser. Les autorités chinoises précisent cependant que son entrée dans l’atmosphère terrestre aurait lieu entre les mois d’octobre 2017 et d’avril 2018.

Interrogé par The Guardian, l’astrophysicien d’Harvard Jonathan McDowell explique que« même quelques heures avant sa descente, les spécialistes ne sauront pas précisément quand [Tiangong-1] va descendre. Et ne pas savoir quand il va descendre revient à dire qu’on ne sait pas où il va descendre. »

Selon lui, la station spatiale chinoise ne se désintègrera pas entièrement lors de son entrée dans l’atmosphère. Des pièces comme les moteurs pourraient résister, ce qui constituerait des débris avoisinant les 100 kg.

Rassurez-vous, la planète étant recouverte à 70.8% d’eau, il y a de grandes chances que les restes de Tiangong-1 s’écrasent en plein océan. Il reste néanmoins une possibilité pour que les débris de la station chinoise terminent leur chute sur un continent. En 1991, après que la station spatiale soviétique Saliout-7 s’est désintégrée en rentrant dans l’atmosphère, plusieurs débris se sont écrasés à travers l’Argentine sans toutefois faire de victimes.

Share