Facebook a donné quelques informations supplémentaires sur le piratage de grande ampleur dont il a été victime. Pour autant, le FBI lui a interdit d’évoquer les potentiels hackers derrière l’opération.

hacker facebook

(c) Pexels – Negative Space

29 millions de comptes piratés

On en sait désormais plus sur le piratage massif dont a été victime le plus grand réseau social au monde. En septembre dernier, des hackers avaient réussi à compromettre des « access tokens » d’une quantité gigantesque d’utilisateurs pour ensuite se connecter à leur interface sans avoir à entrer le mot de passe.

Alors qu’il estimait que 50 millions de compte avaient été compromis lors de l’attaque, Facebook a revu à la baisse ce chiffre pour arriver à 29 millions de comptes piratés. Parmi eux, le compte de Mark Zuckerberg et celui de Sheryl Sandberg ont été ciblés :

  • 14M d’utilisateurs ont vu des données « sensibles » être volées : sexe, religion, éducation, ville de naissance, situation amoureuse, date de naissance, nom, prénoms, emails etc.
  • 15M d’utilisateurs ont vu seulement leurs noms, prénoms et email être volés
  • 1M d’utilisateurs ont été victimes du piratage, sans voir leurs informations être volées

Le FBI mène l’enquête et impose le secret à Facebook

Si Facebook a rapidement pris les devants sur ce piratage en communiquant de manière abondante à ce sujet et en sécurisant les accès des potentielles victimes (voici comment déterminer si votre compte a été piraté), il est cependant limité dans sa communication par le FBI.

En effet, le service de renseignement intérieur des Etats-Unis mène en ce moment une enquête et il ne souhaite pas que Facebook n’interfère avec son travail. L’un des cadres exécutifs du réseau social, Guy Rosen, a publié une note sur le blog Facebook expliquant que la société « collaborait pleinement avec le FBI », et qu’il lui avait « été demandé de ne pas communiquer sur qui pourrait être derrière l’attaque ».

Source