C’est une annonce qui a pour but de « rapprocher les gens ». Facebook a décidé d’effectuer une mise à jour de son fil d’actualité, afin de garantir une nouvelle expérience. Cela passera par une moins grande visibilité des marques et autres annonces d’entreprises.

facebook-660x439

Facebook entend redevenir ce qu’il était à son origine, à savoir un réseau social ayant pour but de créer des interactions humaines. Problème : les messages postés par vos « amis » sur Facebook sont de plus en plus noyés dans une masse de publications moins importantes provenant notamment de sociétés.

Un grand ménage sur Facebook ?

Pour ce faire, le réseau social le plus populaire au monde entend procéder à une mise à jour du « ranking », et ce « afin que les gens aient plus de possibilités d’interagir avec les personnes qui leur sont chères ». C’est en tout cas une annonce qui a été effectuée sur le blog de Facebook. Cela veut donc dire que les photos et les contenus des proches seront priorisés par rapport au reste.

Et le Pdg du groupe, Mark Zuckerberg, de surenchérir en indiquant que dorénavant le but de ses équipes sera d’aider « à trouver les contenus les plus pertinents pour avoir des interactions sociales riches ».

Un fil d’actualité mis à jour, pour redevenir un vrai réseau social

Mark Zuckerberg regrette que « trop souvent, regarder une vidéo, lire une actualité ou voir une mise à jour d’une page reste une expérience passive ». Avec ce changement de stratégie du réseau social, il risque d’y avoir des perdants, en l’occurrence les sociétés et plus particulièrement celles qui ont trait aux médias.

On pense notamment à certains d’entre eux qui se basent beaucoup sur Facebook pour bénéficier de revenus issus de la publicité, comme Brut ou BuzzFeed. Mais d’autres médias renommés devront aussi se renouveler pour maintenir certains revenus, comme c’est déjà le cas du Washington Post.

Celui-ci a ainsi anticipé les choses, proposant sur le réseau des groupes privés, sorte de communautés ayant un intérêt pour les informations journalistiques. Certains estiment aussi qu’avec cette décision, Facebook tente de limiter les contenus mensongers types fake news qui ont fait un tort considérable au réseau social.