Facebook a commencé à prendre contact avec les millions d’utilisateurs concernés par le scandale Cambridge Analytica de détournement de leurs données personnels. Tous les inscrits commencent à recevoir des notifications dans leur News Feedconcernant la protection de leurs informations. Les victimes identifiées par Facebook se voient informées sur le vol de leurs données.

Cette campagne a démarré ce lundi 9 avril, alors que Mark Zuckerberg s’apprête à témoigner devant le Congrès des Etats-Unis.

Deux notifications dans votre flux d’actualités

Pas un jour depuis un mois sans que Facebook ne cherche à prouver ses efforts pour protéger la vie privée de ses usagers et à les tenir informés. Lundi 9 avril, le réseau social a publié un post dans sa Newsroom rédigé par Mike Schroepfer, le chief technology officer de Facebook, annonçant le lancement d’une campagne d’information sur le partage des données personnelles. Cette notification apparaîtra en tête de votre News Feed.

Elle contiendra un lien vers les applications que vous utilisez dans Facebook et à qui vous avez donc consenti, en connaissance de cause ou non, un droit de regard plus ou moins appuyé sur votre activité et vos informations personnelles. « Nous dirons également aux gens si leurs données ont pu être incorrectement partagées avec Cambridge Analytica », ajoute le haut-cadre de la compagnie.

raw

Maintenant Messenger ?
Dans le détail, Facebook diffusera deux notifications distinctes. La première contiendra le lien vers les applis tierces et les sites auxquels vous vous connectez avec votre compte Facebook. Sur cette page, vous pourrez retirer celles et ceux à qui vous ne souhaitez plus accorder d’autorisation de collecter vos données. Si vous vous êtes retrouvé dans le lot des 87 millions de comptes dont Cambridge Analytica a récupéré les données, vous recevrez alors une deuxième notification.

Celle-ci ne mentionnera pas explicitement votre statut de victime, mais vous expliquera que l’application au cœur du scandale, This is your digital life, accusée d’avoir transmis les profils à Cambridge Analytica, a été bannie. Facebook espère que ces quelque seaux d’eau éteindront un peu l’incendie, alors qu’un autre foyer commence à grossir autour de Messenger : Facebook propose depuis peu une option unsend (désenvoyer) qui permet de retirer certains messages d’une conversation sans laisser de traces.